There is no video clip yet

Exhortations Fédéralistes: Dénonciation et éveil

Causes profondes et séquelles d'une désunion africaine savamment entretenue

Quelles sont les raisons profondes qui empêchent les africains à fédérer les forces pour se libérer, se défendre et se développer ?

--> *De 1450 à 1869*, ce sont plus de 11 millions d'Africains qui sont déportés en Amérique. C'est plus de 4 siècles d'esclaves ou de traite atlantique, sans oublier les 10 siècles de l'esclavage arabo-musulmane ou la traite arabo-musulmane. Après ce commerce lucratif, dès 1884 les nouveaux défis sont au rendez-vous.

--> *Au 19e siècle*, l’Occident entre dans une période d’impérialisme. Les puissances européennes colonisent de nouveaux territoires, en Afrique et en Asie dans le but d’augmenter leur puissance. Pour arriver à cette fin, les pays cherchent des matières premières. Les populations de ces territoires colonisés constituent des débouchés pour leurs produits. Les Européens souhaitent également augmenter leur influence au niveau international. Ils sont habités par un sentiment de supériorité face aux populations des pays colonisés et se croient chargés de la mission de civiliser ces peuples qu’ils voient comme étant inférieurs.

*Dès 1950* après les dégâts de la seconde guerre mondiale, des pseudos indépendances sont accordées et pourtant rien a changé.

--> *Le néo-colonialisme* qui désigne la domination que l’Europe exerce aujourd’hui sur l’Afrique commence au lendemain des pseudos indépendances. On peut entendre par ce terme la création ou le maintien à l’intérieur des Etats concernés, *d’un rapport de dépendance structurelle au niveau économique et l' influence directe au niveau politique sur les processus de décision.*

Quand on a fait un bilan depuis 1400 jusqu'à 2022, nous remarquons que les africains malgré les multiples souffrances après plus de 6 siècles n'ont aucune alliance commune pour se libérer, se protéger et se défendre.

En face les autres ont l'union européenne, l'OTAN...... Les intellectuels sont égoïstes, les plus brillants sont plus concentrés sur les conquêtes de pouvoir dans leurs pays respectifs pendant que la jeunesse est désormais dans les multiples distractions sur les réseaux sociaux. Nous savons danser. Nous savons prier dans les églises et les mosquées. On multiplie les églises et les mosquées. Les réseaux sociaux au lieu d'aider à se former, pervertissesent désormais.

Conquête du pouvoir avec des slogans liés à la démocratie dans les démocratures, c'est l'occupation préférée des politiciens en Afrique. Chacun gère ses problèmes. Depuis les pseudos indépendances on parle d'élections à coups de milliards et de démocratie et pourtant ce sont des démocratures sur tout le continent. Certaines démocratures parviennent à avoir 400 partis politiques et c'est ainsi que la distraction est organisée. Qui dit élections en Afrique sous-entend crise politique.

Ce qui révolte est l'appartenance de ces intellectuels aux milieux ésotériques contrôlés par les puissances impérialistes. On ne peut rien espérer de ses gens car ils sont prisonniers des ennemis du continent. Nous avons pourtant un pays, le Mali qui a osé, mais cependant, qui soutient le Mali ouvertement sur le continent ? C'est révoltant quand on connaît l'histoire de ce continent. Voilà la triste réalité sur le continent nègre. Les jeunes sur les réseaux sociaux discutent mais c'est pas tout. Ils ont quels moyens ? Il y'a combien de jeunes dans les rues partout sur le continent pour soutenir le Mali ? Peut être s'ils sortaient même, les gouverneurs qui dirigent les enclos coloniaux les brutaliseraient.

Mais la jeunesse africaine en diaspora n'est pas debout pourquoi ? On préfère chacun se concentrer sur les affaires de son pays. L'égoïsme, le manque de solidarité. Le Mali a juste besoin d'une solidarité des peuples africains. Les élites qui dirigent nos pays sont perdus et combattront le Mali. On prépare chaque 4 ans, 5 ans, 7 ans des élections dans des démocratures pour les mêmes résultats depuis 1960. Voilà des jeunes issus de l'armée et de la société civile au Mali qui décident enfin de revoir la question de la démocratie en Afrique et pourtant qui les aide?

Et l'union africaine? Quelle organisation sous régionale a eu l'oreille attentive aux cris de ce peuple courageux ? Quels intellectuels africains ont prononcés des discours réconfortants pour le Mali ? Quels leaders d'oppositions ont osé ? Ce qui reste étrange c'est justement les derniers passages des dirigeants africains à la tribune des nations unies lors du débat annuel de l'Assemblée générale des Nations.

Nous avons constaté qu'un seul pays, le Mali a osé et que comme toujours les autres sont allés se balader et faire des rapports à leurs maîtres, s'ils ne pietinaient pas les vrais fils du continent qui peuplent le Mali.

Nous pouvons conclure que le continent africain souffre énormément du manque de solidarité. Plusieurs citoyens manquent d'empathie, ont un désintérêt pour les semblables dans un monde où la notion de race reste d'actualité.

Nos soit-disant dirigeants des démocratures en Afrique se sont transformés en une obscurité grandissante qui rend l'avancée du continent difficile.

Toute l'œuvre de Cheikh Anta Diop militait pourtant en faveur de l'unité de l'Afrique Noire; gage d'une vraie indépendance, il était partisan d'un État fédéral d'Afrique Noire. Son livre: "Les Fondements économiques et culturels d'un État fédéral d'Afrique noire" nous édifie assez.

Sans fédéralisme

Sans alliance

Sans solidarite

Sans ampathie

Le continent africain disparaîtra! Les jeunes doivent prendre leurs destins en main.

Le Mali nous inspire!

Kuete the federalist